Droit des affaires Financement

| Droit des affaires Financement

PME : la médiation Inter-entreprises dénonce une nouvelle «prise d’otage» !

A la une de « Challenges », le 14 juin 2012, Jean-Claude Volot, [ancien Médiateur national des relations interentreprises] lance la polémique : « Ces PME qu'on assassine ».
21 novembre 2013, c’est au tour du nouveau médiateur Pierre Pelouzet d’alerter l’opinion : « PME, halte au massacre ». Un an et demi pour en arriver au même constat. Il y a de quoi désespérer !
Dans la précédente édition, il s’agissait de dresser pour la première fois un classement évaluant la qualité de la relation entre les entreprises du CAC 40, les donneuses d'ordre et les PME, leurs fournisseurs. Mais c’était surtout l'occasion de dresser des pistes pour l'avenir…
 
A la tête de la Médiation Inter-entreprises depuis sa création en 2010 [à la suite des Etats Généraux de l’Industrie], Jean-Claude Volot se faisait fort de convaincre le Ministre du redressement productif, de ne plus permettre aux grandes entreprises de payer au-delà du délai légal. « Je ne crois pas qu’il laisse passer de telles choses », confiait-il à « Challenges ».
 
Las ! Car le constat est cruel, plus d’un an après, les fournisseurs sont toujours maltraités et les délais de paiement se sont allongés [57% estiment que les délais de paiement ont augmenté par rapport à 2012].
 
Armé de son bâton de pèlerin, Pierre Pelouzet dénonce à nouveau en 2013 des pratiques qui naviguent « entre le meilleur et le pire » en s’appuyant sur la consultation nationale auprès des fournisseurs des grandes entreprises françaises afin d’évaluer la qualité de leurs relations commerciales et le respect des délais de paiement.
http://www.challenges.fr/economie/20131121.CHA7382/les-surprises-du-classement-2013-des-donneurs-d-ordre-et-banques-preferes-des-pme.html).
 
Sans surprise, cette enquête révèle que pour 86% des fournisseurs interrogés, leurs relations avec les grandes entreprises se sont détériorées ou n’ont pas changé.
Or le Médiateur Inter-entreprises rappelle que « La qualité des relations entre les entreprises constitue un facteur clé de compétitivité. Les grandes entreprises françaises et les TPE-PME doivent d’urgence conjuguer leurs talents pour espérer voir renaître la croissance. Alors que l’on entre-aperçoit une fragile reprise économique, il est crucial de restaurer la confiance entre les grands groupes et leurs fournisseurs ». A noter que si Legrand [spécialiste des systèmes d’installations électriques] figure en tête de ce classement, les grands groupes du secteur automobile comptent [toujours !] pour un quart des interventions de la médiation dans l’industrie.
 
Et de rappeler que la qualité de la relation client-fournisseur « tient à l'équilibre de la relation commerciale. Pour établir une collaboration productive, il est indispensable de créer une relation partenariale basée sur une confiance réciproque. Cela passe notamment par le respect des modalités du contrat (commandes, livraisons, fixations de prix, facturations...), des conditions d'exécution équilibrées, le respect des délais de paiement, la qualité du dialogue entre un client et son fournisseur, l'implication stratégique à moyen et long terme ».
 
Dont acte.
 
Thierry CHARLES
Directeur des affaires juridiques d’Allizé-Plasturgie
Imprimer
Articles similaires