Economie

| Economie

Où en est vraiment la plasturgie dans le Haut Bugey?

Damien Abad (Député de l’Ain) et Philippe Boulette Scola (Président d’Allizé-Plasturgie Rhône-Alpes) ont présenté les principaux enseignements des analyses Radar après 2 ans de fonctionnement. En présentant cette étude, Damien Abad a ainsi rappelé que le Radar est un outil unique et innovant, qui permet de couper court à toutes les idées reçues qui pourraient donner une image tronquée de l'industrie locale et de voir objectivement quels sont ses atouts, ses faiblesses et ses menaces mais surtout ses potentialités. En tant que Président du Groupe Plasturgie à l'Assemblée Nationale, Damien Abad utilise les données du Radar pour porter le territoire du Haut Bugey et l'industrie de la plasturgie au plus haut niveau national.
Répondant aux questions de Philippe Boulette Scola, Damien Abad a d'abord repositionné l'industrie locale dans son environnement régional, national et international. La France offre la troisième plus importante filière de plasturgie en Europe, après l'Italie et loin derrière l'Allemagne. La région Rhône-Alpes est la première région de plasturgie en France avec environ 20% du chiffre d'affaires national du secteur. Le Haut Bugey représente un peu plus de 4% de la transformation de matières plastiques du pays.

Avec 300 établissements et 7000 salariés, le Haut Bugey représente une concentration unique de compétences en plasturgie. Comme au niveau national, la tendance est à la diminution de l'effectif salarié, d'autant que le bassin souffre d'un manque de dynamisme. Sur les trois dernière annéees, pour une entreprise créée, ce ne sont pas moins de 5 entreprises qui ont disparu.

Face à ce constat, Damien Abad a souligné les nombreuses opportunités de la plasturgie locale. Tout d'abord, les entreprises de la Plastics Vallée sont tournées vers le monde, 29% du Chiffre d'Affaires des entreprises de plasturgie est exporté, ce qui est un taux supérieur à la moyenne nationale. De plus, il existe une très forte culture technique dans les entreprises, formidable terreau pour l'innovation. Un autre point fort du territoire est lié à la diversité des débouchés des transformateurs. Si l'emballage cosmétique et l'automobile dominent sur le territoire avec 20% chacun du chiffre d'affaires de la plasturgie locale, les autres marchés représentent chacun moins de 10%.



Le Député de l'Ain a également souligné le fait que les secteurs d'avenir ne manquent pas pour le plastique, plusieurs marchés sont en croissance, c'est notamment le cas de l'aéronautique, du médical et de l'emballage cosmétique.

Pour mieux saisir ces opportunités, les entreprises manquent globalement de vision stratégique et ont des difficultés à structurer leurs Ressources Humaines. Damien Abad a mis en avant l'importance de travailler au développement de la matière grise et plus généralement sur le niveau de qualification de la population active du territoire qui reste trop faible. Alors que le taux de chomage s'établit localement à 10,2%, les entreprises peinent à recruter

Il appartient aux acteurs de se saisir des analyses du Radar pour orienter les stratégies locales de développement. En effet, l'anticipation précise des tendances doit permettre de renforcer un avantage compétitif aujourd'hui amoindri.

Le RADAR est un outil d’anticipation des mutations socio-économiques mis en place et géré par Allizé-Plasturgie Rhône-Alpes, soutenu par la Communauté de Communes d’Oyonnax et la mairie d'Izernore. Contacter le service d'Intelligence Economique d’Allizé-Plasturgie Rhône-Alpes pour plus d’informations au 04 26 68 28 50 (Sandrine ALNET).

Le rapport de l'étude est téléchargeable sur le site.



 
Imprimer
Articles similaires