Economie

| Economie

Quelle évolution de la filière plasturgie dans le Haut Bugey ?

Le Radar est un dispositif de veille stratégique novateur qui permet de suivre dans le temps la situation de la filière plasturgie sur un territoire en la replaçant dans son contexte national et international. Dans le Haut Bugey, ce sont 100 entreprises qui sont auditées tous les ans afin de suivre précisément les évolutions dans la situation de la filière locale.

Le rapport complet "Radar Haut Bugey 2014" est téléchargeable en bas de cette page.

Un tissu industriel qui continue de s’éroder



Dans un contexte conjoncturel économique dégradé, la plasturgie du Haut Bugey subit comme le reste de la filière française plusieurs facteurs structurels : accès non compétitif aux matières premières, faible croissance, rigidité réglementaire et sociale, coût du travail, etc. Ces difficultés sont exacerbées localement par un déficit d’attractivité du territoire et par un manque de main d’œuvre qualifiée.

Le tissu d’entreprises de la plasturgie dans le Haut Bugey continue de s’éroder même si cette érosion se poursuit à un rythme lent par rapport aux années précédentes. En nombre d’emplois, la tendance est celle d’une très légère baisse sur les dernières années, ainsi la taille moyenne des entreprises du Haut Bugey augmentent un peu mais reste très inférieure à la moyenne nationale.

Les indicateurs de démographie d’entreprises restent défavorables : les disparitions d’entreprises ne sont pas compensées par les créations, qui restent très rares dans le Haut Bugey. Sur les 3 dernières années (2011,2012 et 2013) seules 4 nouvelles entreprises de plasturgie ont été créées avec leur siège sur le territoire, il en faudrait au moins 8 fois plus pour atteindre le seuil de renouvellement du tissu industriel et au moins deux fois plus pour maintenir la place de la plasturgie du Haut Bugey sur le plan national. En d’autres termes, la filière locale subit un taux de défaillance comparable à la moyenne nationale de la plasturgie mais par contre, elle est bien en deçà des indices de créations d’entreprises d’autres régions, qui pourtant ne sont déjà pas très élevés.

 

Une population hétérogène d’entreprises



Pour autant, les opportunités existent car la plasturgie est une industrie jeune qui offre de belles perspectives de développement sur plusieurs segments de marché. Certaines entreprises réussissent à en tirer parti, par un positionnement sur des marchés à potentiel et une meilleure structuration interne. Ainsi, la situation n’est pas uniforme dans la filière locale.

D’après les analyses Radar, la répartition par typologie évolue peu et tend tout de même vers une légère dégradation. Une moitié des entreprises auditées se situe dans une dynamique de développement, alors que près d’un quart sont identifiées à risque. Les points forts des entreprises locales continuent de résider dans les aspects techniques et technologiques. Les évolutions constatées soulignent à nouveau deux enjeux majeurs sur l’approche stratégique : « marchés » et l’approche Ressources Humaines. Sur ces axes, les progrès réalisés sont maigres et insuffisants.

 

Les points à travailler pour préparer l’avenir



L’approche stratégique commerciale fait toujours défaut dans une majorité d’entreprises. D’ailleurs, le Radar constate que plusieurs entreprises ont basculé dans une typologie à risque. La capacité à mettre en place des orientations stratégiques et à les décliner en plan d’actions devient de plus en plus incontournable sur les marchés de la plasturgie qui gagnent en maturité. L’écoute clients et la veille marchés doivent guider les entreprises si elles souhaitent pouvoir anticiper. Il est important d’accompagner les entreprises sur ces aspects stratégiques.

Par ailleurs, les problématiques Ressources Humaines restent fortes, avec comme premier indicateur, les difficultés de recrutement, qui persistent. Au-delà de ces difficultés, les entreprises n’ont pas encore pris la mesure du facteur RH car le Radar constate une absence de véritable adaptation des Ressources Humaines aux enjeux de l'économie mondialisée des prochaines années (structuration des RH, réorganisation interne, développement de nouveaux métiers, élévation du niveau des compétences, etc…). La profession compte donc poursuivre les efforts en cours, comme le dispositif ADC+ (Action Développement des Compétences).  Les actions sur l’attractivité des métiers et du territoire restent également essentielles, ainsi que l’accompagnement des entreprises dans leurs démarches de structuration des Ressources Humaines.

En plus de ces deux enjeux, les analyses Radar montrent une tendance à la dégradation des indicateurs financiers, ce qui est d’autant plus préoccupant que la moitié des entreprises disposent d’outils de suivi financiers rudimentaires. Pour permettre d’améliorer la gestion financière, des accompagnements sont également nécessaires pour aller vers des notions de comptabilité et de contrôle de gestion.

Le climat social reste apaisé sur le territoire et tend même à s’améliorer, ce qui montre la pertinence d’une structure comme la CPHB (Commission Paritaire du Haut Bugey). Cette structure a entrepris un projet de GTEC (Gestion territoriale des Emplois et des Compétences), initiative en phase avec les conclusions du Radar.

Contact : Sandrine ALNET

Fichiers joints

RADAR-RA-2014.pdf
Imprimer
Articles similaires