Economie

| Economie

Croissance ou reprise ?

Sur le premier semestre, la zone Euro renoue avec la croissance. La production industrielle de la zone euro a augmenté au cours des derniers mois. L’Espagne est en tête avec 1,7%, la France (0,9%), puis l’Italie (0,5%) et enfin l’Allemagne avec 0,2%. En France, la production industrielle voit sa croissance s’accélérer sur la période mai/juin (selon l’Observatoire Français des conjonctures Economiques). Elle a ainsi progressé de 0,4% selon les derniers chiffres publiés par l’INSEE.
Toutefois, il ne faut pas résumer la reprise économique au simple retour de la croissance, ce sont deux phénomènes bien distincts. On peut parler de reprise uniquement lorsque la croissance permet de créer de l’emploi. Or selon les derniers chiffres de Pôle Emploi, le chômage continue d’augmenter sur la même période. La reprise est donc amorcée et le contexte actuel lui est plutôt favorable : pétrole à des prix bas (baril de Brent autour des 55$), la parité €/$ toujours favorable à l’export, les taux d’intérêts sont toujours bas.

Pour autant l’enquête Conjoncture Plasturgie montre bien des signes d’amélioration de l’activité chez les plasturgistes sur le mois de juin. 56% des répondants déclarent une hausse d’activité par rapport au mois précédent (le mois de mai possédant moins de jours travaillés, ce résultat est logique). Mais lorsque l’on regarde la comparaison annuelle on s’aperçoit que 52% signalent aussi une hausse de l’activité. Le mois de juin 2015 affiche le taux le plus faible de dirigeants déclarant une baisse d’activité depuis plus d’un an, soit 26%.



Dans l’ensemble les plasturgistes sont toujours impactés par la crise matière et les hausses des prix. Ces hausses vertigineuses sont toujours dues à une raréfaction drastique de l’offre suite à de nombreux arrêts de production de pétrochimistes européens. Même si certains sites lève les Forces Majeures, les dégâts sont déjà bien présents et les plasturgistes dépensent beaucoup d’énergies pour obtenir des camions de matières. De son côté Total dégage un résultat net de 4% sur le premier semestre en améliorant ses marges dans le raffinage de pétrochimie. Celle-ci est « soutenue notamment par la hausse de la demande dans un contexte de prix bas » (P-DG de Total). Total entend bien redresser la rentabilité de la pétrochimie en Europe..

Dans le détail, les indicateurs du marché automobile clignotent tous au vert, les prévisions des dirigeants confortent cette activité soutenue. Les grands donneurs d’ordres nationaux publient eux aussi de bons résultats en concert avec l’activité des plasturgistes du secteur. Le marché du BTP souffre toujours, même si le mois de juin marque une certaine accalmie.

La dernière enquête de Conjoncture Plasturgie montre des signes d’amélioration de l’activité chez les plasturgistes sur le mois de juin. 56% des répondants déclarent une hausse d’activité par rapport au mois précédent (le peu de jours travaillés en mai expliquent une partie de la hausse). Mais lorsque l’on regarde la comparaison annuelle on s’aperçoit que 52% signalent aussi une hausse de l’activité. Toutefois, l’activité des plasturgistes reste toujours impactée par des hausses vertigineuses du prix des matières premières et par une raréfaction drastique de l’offre suite à de nombreux arrêts de production des pétrochimistes européens.

Pour tout renseignement complémentaire vous pouvez joindre le service d'Intelligence Economique.
 
Imprimer
Articles similaires