Economie

| Economie

La conjoncture dans la plasturgie reste morose

Les résultats de l’Observatoire Economique pour la période d’été sont mitigés. L’amélioration observée en juin ne s’est pas confirmée mais la diminution d’activité sur la période d’été est aussi liée à la saisonnalité des marchés. Les indicateurs du mois de septembre seront donc importants pour identifier une éventuelle reprise dont les prémisses ont été senties au printemps.
Ces mêmes tendances se retrouvent au niveau de l’industrie française en général. En effet, les analystes Xerfi constatent que « la situation s’améliore dans l’industrie et l’indicateur du climat des affaires n’est plus qu’à 2 points de sa tendance de long terme (fixée à 100). Mais, c’est une amélioration en pente douce. Il ne faut donc pas s’attendre à un redémarrage en fanfare. »

D’ailleurs les dirigeants sont partagés quant à l’orientation du niveau d’activité dans la plasturgie sur les prochains mois et perdent un peu de leur récent optimisme. De plus les indicateurs financiers restent en berne : hausse des tensions de trésorerie, perspectives d’investissements négatives et contraction des taux de marge. La tendance à la hausse des matières premières a pu exacerber ces difficultés.

Le recul d’activité sur la période d’été est généralisé quasiment à l’ensemble des marchés, pour certains il s’agit d’un effet saisonnier. A noter, les exceptions des marchés « grande consommation » et « emballage industriel » qui affichent des indicateurs plus favorables.

La situation de l’emploi reste relativement stable avec néanmoins une légère dégradation : plus de réduction d’effectifs que d’embauches sur la période d’été. En fait, il existe des disparités de situations. Si une large majorité d’entreprises reste à effectif constant, certaines doivent réduire la main d’oeuvre pour l’ajuster à leur baisse d’activité et d’autres cherchent à recruter avec plus ou moins de difficultés. Une part des embauches est cependant liée à la saisonnalité de certains marchés.

Les résultats complets de l'enquête de conjoncture sont envoyées aux seules entreprises participantes. Pour rejoindre le panel, contacter Sandrine ALNET.
 
Imprimer
Articles similaires