Economie

| Economie

Arrêt des commandes et de livraisons de matières, la Fédération de la Plasturgie et des Composites fait le point

De nombreux retours terrain confirment un arrêt des prises de commandes et de livraisons de matières, surtout pour les commodités (PE en tête).

Communiqué de la Fédération de la Plasturgie et des Composites:



De nombreux retours terrain confirment un arrêt des prises de commandes et de livraisons de matières, surtout pour les commodités (PE en tête).

Les premières explications avancées par les producteurs sont les suivantes :
  • Nous sommes dans une phase de retournement des prix, qui vont repartir à la hausse dès le mois de mars ou avril.
  • Les plasturgistes, voyant la semaine dernière le pétrole repartir à la hausse,  ont pensé que les prix plancher étaient atteints et ont essayé d’acheter des quantités au meilleur prix.
  • Cet afflux soudain de demande de matières a excédé les allocations de production prévues pour la France :
    • Les tonnes allouées au marché français pour février auraient toutes été vendues au 05/02…
    • Les tonnages alloués pour mars sont entamés lorsque les stocks sont disponibles, sinon la prise de commande est stoppée. Cependant les stocks disponibles en début d’année sont faibles.
    • Cela occasionne des refus de commande de la part des producteurs, en France et plus généralement en Europe. 

A cela s’ajoute le fait que :
  • La capacité de production de polyoléfines en Europe est actuellement réduite de 10 à 15%, créant une réduction de l’offre en Europe ;
  • Le taux de change euro/dollar a freiné les achats de matières hors zone euro, et donc entraîné une hausse de la demande pour les matières européennes. 

La position poussée par la Fédération est la suivante : il ne faut pas pénaliser l’activité des plasturgistes, voire ne pas empêcher une éventuelle reprise économique.
Par conséquent, nous allons :
  • Demander aux producteurs de rouvrir des capacités
    • La Fédération suit dans le détail la disponibilité des capacités des producteurs : il serait possible d’obtenir entre 3 et 10% de capacités supplémentaires sur certaines matières.
  • Demander aux producteurs et aux distributeurs de respecter les engagements pris (commandes et livraisons)
    • En particulier, plusieurs retours terrain nous indiquent un non-respect de commandes déjà passées…

Nous étudions également l’opportunité de nous adresser au ministère de l’Economie pour demander une baisse temporaire des taxes sur les importations de polymères hors Union Européenne (Asie, etc.).
Imprimer
Articles similaires