Economie

| Economie

La hausse des coûts énergétiques ne bouleverse pas le marché européen des polyoléfines

Le cours du brent a atteint début novembre son plus haut niveau depuis deux ans. Il coûte à présent entre 480 et 510 euros/tonne et s’inscrit dans une tendance haussière observée depuis la première semaine du mois d’octobre. Le naphta a logiquement suivi cette courbe de façon plus ou moins parallèle, pour lui aussi s’approcher dangereusement du seuil des 500 euros.  L’impact de ces hauts niveaux de prix sur le marché des polyoléfines tarde pourtant à se faire sentir. 

Les prix spot de l’éthylène ont fini par chuter grâce à une offre supérieure à la demande. Ceux du propylène n’ont en revanche pas pu enregistrer de baisse sensible en raison de la forte influence de la tendance haussière du cours du pétrole.  On doit également l’amélioration de la situation du marché européen des oléfines à la fin du cycle de maintenance. Les crackers de Boréalis, d’OMV, de Total et de Versalis, répartis un peu partout en Europe, tournent désormais à plein régime.

Les prix spot du C2 ont enregistré une hausse cumulative de 60 euros/tonne depuis la fin du mois d’octobre, contre seulement 30 euros/tonne pour le C3. Les marchés en aval du PE et du PP n’ont également pas bronché face à la hausse des cours du naphta et du pétrole. Cela s’explique par la faiblesse de la demande. Les plasturgistes sont également avantagés par leurs stocks bien remplis et une offre relativement abondante.

Les premières baisses de prix pour le PP se chiffrent à 20 euros/tonne en moyenne. Les producteurs n’ont pas pu maintenir des prix stables, faute d’acheteurs. Il convient cependant de garder un œil sur les cours du naphta qui pourraient faire repartir les prix du polypropylène à la hausse.

Les prix du polyéthylène ont quant à eux enregistré des baisses plus importantes, comprises entre 30 et 40 euros/tonne pour les premières semaines de novembre.  Les grades films PEBD et PEBD-L sont particulièrement exposés à des réductions de prix en raison d’une demande extraordinairement faible pour la saison.

La vigilance est donc une fois de plus de mise. Le sursaut des coûts énergétiques, s’il s’inscrit dans la durée, pourrait à terme faire augmenter les prix des oléfines, ce qui impacterait à coup sûr les prix du PE et du PP.


 

Liste des arrêts de production sur le polyéthylène

 
  • PEHD : Maintenance à prévoir chez Ineos à Antwerp (Belgique) à partir d’avril 2018
  • PEBD-L : Force Majeure chez Versalis à Dunkerque
  • PEBD : Force Majeure chez Borealis à Antwerp (Belgique)
  • PEBD : Arrêt chez Ineos à Worringen (Allemagne)
  • PEBD : Arrêt chez Total à Carling.
 
 

Liste des arrêts de production sur le polypropylène

 
  • Force Majeure chez Boréalis à Schwechat (Autriche)
  • Maintenance chez LyondellBasell à Tarrogone (Espagne)
  • Maintenance à prévoir chez LyondellBasell à Carrington (Royaume-Uni) à partir du 22/01/2018 
 

 

Autres articles qui pourraient vous intéresser : 

 

 

 

Baromètre des matières plastiques – Prochaine enquête entre le 28 novembre et le 5 décembre



 
Pour rappel, l'enquête du Baromètre des Matières Plastiques approche. Elle sera ouverte le mardi 28 novembre prochain. Il n'est donc pas trop tard pour vous y inscrire ! Pour ce faire, veuillez contacter Bibiane Arnaud-Barbaza ou votre Délégué Territorial.
 
 Le BMP n'est destiné qu'aux adhérents des syndicats de la Fédération de la Plasturgie et des Composites. Seuls les répondants ayant fourni des données exploitables recevront la synthèse de l'enquête. Le traitement des réponses est effectué de façon scrupuleusement confidentielle, afin que l'anonymat des acheteurs et de leurs entreprises soit conservé.
 
 *Cet article a été rédigé à l'aide de données obtenues dans le cadre de la veille stratégique et de bases de données du Service Intelligence Economique d'Allizé-Plasturgie
Imprimer
Articles similaires