Aller au contenu principal
Baromètre

25 novembre 2016

Baromètre des Matières Plastiques, quelles variations de prix va-t-on trouver sous le sapin ?

Il semblerait que les producteurs se soient mis d’accord sur un cadeau commun à demander au Père Noël en cette fin d’année 2016 : la possibilité d’augmenter leurs marges. Si plusieurs Forces Majeures sont encore de vigueur et que les prix ont augmenté, il n’est pas encore certain que tous leurs vœux seront exaucés. La Fédération de la Plasturgie et des Composites vous propose de faire le point dans le prochain BMP.

Le mois de novembre s’est accompagné d’une hausse des coûts du naphta, elle-même rapidement suivie par l’augmentation des coûts de l’éthylène et du propylène. A cela s’est ajouté l’accident de Ludwigshafen, où plusieurs employés de BASF ont perdu la vie, qui a provoqué un arrêt de la production de styrène et propulsé les prix spots vers le haut.

Polyéthylène : de nombreuses Forces Majeures mais peu de dégâts

Le marché européen du polyéthylène a attrapé un rhume en novembre. Le groupe hongrois MOL a déclaré une Force Majeure en début de mois sur tous ses grades PE, ainsi que sur le polypropylène, en raison de problèmes d’approvisionnement en feedstocks. Ces difficultés sont dues à une maintenance prévue et devraient persister pendant 10 semaines, soit jusqu’en 2017.  Ineos a également déclaré une Force Majeure à Cologne, en Allemagne, sur ses grades PEBD-L métallocène suite à des problèmes techniques. Enfin, LyondellBasell a interrompu ses livraisons de PEHD en provenance de Pologne.

Polypropylène : une surprenante stabilité à l’approche des fêtes

Les producteurs européens ont bien tenté de répercuter la hausse des coûts du C3 dans sa totalité mais ont échoué. Leurs attentes n’ont également pas été exaucées : pas de sursaut de la demande en vue sous le sapin pour le moment, contrairement aux périodes de fêtes précédentes. De son côté, Ineos est toujours en difficulté à Antwerp en Belgique, où une Force Majeure est en vigueur depuis le mois d’août dernier.

Dérivés du styrène : quelques perturbations et de nombreuses augmentations

L’accident survenu chez BASF à Ludwigshafen a eu pour effet de couper une partie des robinets du marché du styrène et donc de provoquer des hausses conséquentes des coûts du monomère. Des augmentations de prix de ses dérivés ont logiquement suivi, mais les producteurs n’ont pas tous eu la même approche. Sur le PS, le montant des hausses a varié selon les producteurs. Si les disponibilités sont réduites, la demande n’est pas suffisamment importante pour causer des pénuries. Cela peut s’expliquer par l’arrivée du froid automnal, qui réduit les besoins du BTP. Petite frayeur cependant chez Ineos qui a déclaré mi-octobre une Force Majeure sur le SAN suite à l’interruption de ses approvisionnements en styrène. Cette dernière a pris fin la semaine dernière.

Polyuréthane : de mal en pis

Le marché européen du polyuréthane avait déjà pris un coup en octobre lorsque Covestro avait déclaré une Force Majeure sur sa production de TDI et MDI en raison de difficultés d’approvisionnement en acide nitrique. L’ensemble de ses sites sont toujours concernés. La situation ne risque toutefois pas de s’améliorer : BASF vient d’être contraint d’arrêter sa production de TDI à Ludwigshafen pour une durée indéterminée. Le site, dont l’activité a régulièrement été stoppée, a fait l’objet d’une inspection des autorités allemandes au cours de cette semaine. La visite a révélé une faille au niveau de la sécurité du site, et ce dernier ne pourra redémarrer tant que rien n’aura été fait pour y remédier.

Pour aider les plasturgistes à faire face aux incertitudes propres au marché européen des matières plastiques, la Fédération de la Plasturgie et des Composites leur propose de participer à l'enquête du Baromètre des Matières Plastiques.
La prochaine édition du BMP démarrera le mardi 29 novembre prochain et les participants pourront y répondre jusqu'au mardi 6 décembre inclus.

Le Baromètre des Matières Plastiques comprend :

  • le suivi précis des prix des matières premières,
  • l'anticipation des mouvements de prix et du niveau de l'offre,
  • l'analyse des incidents d'approvisionnement et de livraison.

Le traitement des résultats assure une totale confidentialité. La synthèse des résultats est adressée aux seuls répondants.
 
Si vous souhaitez vous inscrire à la liste des destinataires du BMP, vous pouvez contacter Bibiane Arnaud-Barbaza
 
* Cet article a été réalisé à l'aide des analyses de PIE, ICIS, Kunststoffweb, Utech  et de la veille du Service Intelligence Economique d'Allizé-Plasturgie.