Aller au contenu principal
industrie chimique

19 juin 2018

Etats-Unis : l’industrie chimique tremble face à la guerre commerciale avec la Chine

L’escalade des tensions économiques entre les Etats-Unis et la Chine est anxiogène pour l’industrie chimique étasunienne, qui risque d’y perdre beaucoup. L’administration Trump a en effet proposé vendredi dernier une seconde liste de biens et substances à soumettre à des droits de douanes. Celle-ci inclue notamment les produits chimiques, les plastiques et les lubrifiants pour un montant estimé à 2,2 milliards de dollars US.

Cette proposition déplait fortement à l’American Chemistry Council, l’organisation professionnelle représentant la filière de la chimie aux Etats-Unis, qui estime que le gouvernement risque de positionner toute une industrie « en première ligne du conflit avec la Chine ». Les risques encourus par les fabricants de produits chimiques, dont les pétrochimistes, se sont considérablement alourdis depuis le 15 juin.

La Chine a tout intérêt à saisir cette opportunité pour promouvoir sa stratégique de long-terme. L’Empire du Milieu se concentre en effet sur le développement de l’autonomie de son économie domestique, notamment en investissant pour, à terme, jouir d’une production de matières premières autosuffisante. Toujours est-il que la pétrochimie étasunienne se sent menacée et exprime son mécontentement. L’American Chemistry Council souhaite pouvoir s’entretenir rapidement avec le gouvernement.

Le fait est que le Président Trump cherche à tenir ses promesses électorales alors que son pouvoir est menacé par les élections de mi-mandat qui doivent se tenir en novembre. L’éventuelle perte des deux chambres du Congrès pourrait en effet mettre à mal plusieurs de ses projets. La guerre commerciale avec la Chine s’inscrit désormais dans un contexte clairement électoral.

La pétrochimie, entre autres produits chimiques, se retrouve prise entre deux feux. Les lourds investissements engagés au cours des dernières années risquent d’en souffrir. Les sites de production de C2, de C3, de PE et de PP déjà construits et ayant pour certains déjà démarré, dépendent fortement des exportations. L’offre étasunienne est en effet largement sur-capacitaire par rapport à la demande domestique pour ces matériaux.

La Chine en est jusqu’ici le principal débouché. Il s’agissait déjà d’en trouver d’autres à terme, puisque cette dernière cherche à s’émanciper de sa dépendance au reste du monde à long-terme. La guerre commerciale pourrait accélérer ce processus, et les producteurs ne sont pas forcément prêts. La Chine représente en effet 11% des exportations de produits chimiques des Etats-Unis, soit 3,2 milliards de dollars US annuels. L’imposition de droits de douane ces échanges pourrait faire très mal et achever précipitamment le véritable boom économique de cette industrie.

D’après l’American Chemistry Council, l’approfondissement de cette guerre commerciale « ne se fera qu’aux dépends des Etats-Unis. Ces représailles vont en fait avantager l’industrie chinoise », qui gagnera en compétitivité.

La réponse chinoise n’a pas tardé à se faire sentir. Le Ministère des Finances a en effet annoncé la création de droits de douanes supplémentaires sur les produits importés depuis les Etats-Unis. Ces derniers pourraient être taxés à hauteur de 25% dès le 6 juillet prochain. Le montant total de ces droits de douane est estimé à 34 milliards de dollars US. Certains produits, dont les polyéthylènes, les PVC, les polycarbonates, les polyamides, le naphta, le benzène, le toluène et les xylènes, ont été inscrits sur une seconde liste de produits pouvant être également taxés. Leur avenir sera en revanche fixé plus tard. La décision du gouvernement chinois pourrait perturber le marché mondial des polymères.

* Cet article a été rédigé à partir des données recueillies dans le cadre de la veille du Service Intelligence Economique.