Aller au contenu principal
Impact des exportations de PE en provenance des Etats-Unis

03 décembre 2018

Polyéthylènes : les Etats-Unis inondent les marchés étrangers

2017 a été une année florissante pour le polyéthylène aux Etats-Unis. Les capacités de production y ont en effet augmenté de 3.5 millions de tonnes, ExxonMobil et Chevron Phillips en ajoutant 2.3 millions à eux seuls. C’est donc sans surprise que les exportations de ces matériaux aient augmenté en 2018. La Chine ayant fermé ses portes au pays de l’Oncle Sam, les volumes de PEHD, de PEBD et de PEBD-L qui lui étaient destinés sont désormais proposés en Europe et en Asie du Sud-Est à des prix compétitifs.

Changement de cible

Ces capacités supplémentaires ont contribué à la progression des échanges commerciaux avec l’étranger. Selon le Centre de Commerce International des Etats-Unis, les exportations de PEHD ont augmenté de 15% d’une année à l’autre, la période étudiée allant de janvier à septembre. Celles de PEBD et de PEBD-L ont quant à elle crû de 32%.

Les investissements étasuniens dans le polyéthylène ont en revanche été décidés il y a plusieurs années, bien avant que la guerre commerciale avec la Chine ne fasse rage et que cette dernière n’entreprenne de devenir indépendante pour la production de polymères.

Le surplus d’offre en PE issu de ces nouvelles capacités de production était destiné à la Chine. Le pays conserve un certain appétit pour les matériaux produits aux Etats-Unis, mais la demande ralentit et ne suffit plus à écouler les stocks. La guerre commerciale initiée par Donald Trump vient empirer les choses en rendant les prix moins compétitifs. Les pétrochimistes américains sont donc en train de perdre des parts de marché au lieu d’en conquérir de nouvelles.

Les importations chinoises de polyéthylène en provenance des Etats-Unis ont donc lourdement chuté entre le deuxième et le troisième trimestre 2018. Celles de PEHD ont diminué de 82%, contre 33% pour les PEBD et les PEBD-L.

La fermeture du marché chinois au début de l’été dernier a encouragé les pétrochimistes étasuniens à chercher des débouchés alternatifs. Les premiers volumes sont arrivés en Europe et en Asie du Sud-Est dès le mois d’août 2018. Les prix compétitifs ont pu intéresser les quelques acheteurs qui n’étaient pas en vacances.

À lire aussi