Aller au contenu principal
Propylène : complications à prévoir pour 2019

12 février 2019

Propylène : complications à prévoir pour 2019

Le marché européen du polypropylène, sujet à des tendances haussières depuis plusieurs mois, cherche déjà à solutionner des importations de matériaux pour l’année prochaine. La production domestique devrait en effet chuter puisque plusieurs cycles de maintenance sont prévus. Il s’agit donc de s’assurer que les volumes de C3 seront suffisants, en particulier pour alimenter les marchés situés en aval.

Aller chercher ailleurs

Les pétrochimistes ont l’air de privilégier les Etats-Unis, le Moyen Orient et l’Asie comme sources potentielles. On s’attend en effet à ce que la production augmente dans ces régions, ce qui permettrait de compenser ce déficit ponctuel de l’offre européenne.

Plusieurs sites de déshydrogénation de propane (PDH) ont démarré aux Etats-Unis au cours de l’année 2018. Leur niveau de production n’a logiquement pas été optimal cette année, puisque les périodes de lancement révèlent traditionnellement des problèmes non-anticipés. On peut toutefois s’attendre à ce que leur débit accélère en 2019. Si le dollar US n’est pas trop fort, ces volumes supplémentaires pourraient trouver preneur en Europe.

Un autre site majeur de déshydrogénation de propane a également ouvert à Abou Dhabi, aux Emirats Arabes Unis, en 2018. ADNOC estime sa capacité de production annuelle à 520 000 tonnes. Lotte Chemicals souhaite également augmenter de 170 000 tonnes annuelles les volumes produits en Asie, et plus particulièrement en Malaisie. L’Europe souhaite évidemment se présenter comme un débouché potentiel.

À lire aussi