Aller au contenu principal
Prix du plastique rentrée 2019

18 septembre 2019

Rentrée 2019 : baisse des prix des résines vierges et regain d’intérêt pour les recyclées

Le marché européen des polymères continue à suivre la tendance baissière observée au cours du premier semestre 2019. Les prix des monomères et de la plupart des autres matières premières poursuivent également leur chute. Cela s’explique tant par la réduction de la demande domestique, en particulier celle du secteur automobile, et par l’importation d’importants volumes de matériaux produits en dehors de l’Union européenne.

Le cours de l’éthylène a par exemple chuté de 40 euros/tonne au début du mois de septembre, ce qui est cohérent avec l’évolution du cours du naphta. La baisse aurait pu être plus importante si plusieurs arrêts de production, prévus ou non, n’avaient pas eu lieu. Le niveau de production n’est d’ailleurs pas prêt de s’améliorer puisque la saison des maintenances approche. La demande est en principe suffisamment faible pour conserver l’équilibre du marché, mais les récents événements en Arabie Saoudite risquent de générer de fortes perturbations.

Les installations d’Abqaiq et de Khurais, où est raffiné du pétrole brut, ont en effet été attaquées par des drones le samedi 14 septembre. Ces raffineries alimentent trois des principaux sites pétrochimiques saoudiens : Jubail, Rabigh et Yanbu. Ces derniers produisent à eux seuls 16.6 millions de tonnes annuelles d’éthylène, soit près de 10% des volumes mondiaux selon ICIS. Le renouveau des tensions entre l’Arabie Saoudite, l’Iran et les Etats-Unis ont provoqué une envolée des cours du pétrole. Un phénomène similaire pourrait très prochainement se produire pour l’éthylène. Il faut donc s’attendre à une hausse des dérivés d’ici le mois prochain.

Le prix européen du propylène a lui aussi chuté en début de mois (environ 50 euros/tonne). Cela s’explique également par l’évolution du cours du naphta. Les récentes Forces Majeures et quelques maintenances n’ont en effet pas suffi à inverser la courbe. Elles ont toutefois limité la baisse de prix des PP, estimée à 30 euros/tonne, et ce malgré une demande réduite. Les producteurs ont en effet un meilleur contrôle sur le niveau de l’offre en raison de ces arrêts. La crise saoudienne, qui devrait générer une augmentation du cours du pétrole, pourrait influencer les prix du C3 et de ses dérivés, mais les hausses éventuelles devraient toutefois être limitées.