Aller au contenu principal
Coronavirus : le recyclage des plastique

25 mars 2020

Coronavirus : le recyclage des plastiques lourdement impacté

L’épidémie de coronavirus qui frappe actuellement l’Europe pourrait rapidement mettre à mal la santé déjà vacillante de la filière du recyclage des plastiques. Les mesures de confinement récemment annoncées par la France et le Royaume-Uni, qui font suite à celles prises par les gouvernements italien et espagnol, ont déjà un impact concret.

Les volumes de déchets plastiques habituellement récupérés par les systèmes de collecte ont fortement baissé. A cela s’ajoutent des difficultés logistiques au niveau local et la crainte de voir la demande en aval chuter au fur et à mesure que les plasturgistes se retrouvent contraints de cesser temporairement leur activité.

En effet, seuls certains segments du secteur de l’emballage, à savoir l’agroalimentaire et la pharmaceutique (médicaments, gels hydroalcooliques…) ont vu leur demande de matériaux augmenter ces dernières semaines. Les polymères recyclés ne peuvent en revanche pas être utilisés pour toutes les applications. Leurs fabricants doivent donc livrer bataille à leurs concurrents du marché des polymères vierges, souvent en baissant leurs prix alors que leurs marges sont déjà fragiles, pour tenter de mettre la main sur quelques parts d’un marché en globalement en berne.

La crise du coronavirus a également bousculé les politiques RSE qui commençaient à germer dans l’industrie. L’urgence a en effet relégué bien des mesures d’économie circulaire au second plan pour certains donneurs d’ordre, qui annoncent également des réductions de leurs investissements à long-terme afin de mieux se préparer à une éventuelle récession économique.

L’effondrement des cours du pétrole constitue un autre sujet d’inquiétude. Ceux-ci avaient chuté suite à la guerre des prix menée par l’Arabie Saoudite et la Russie. La pandémie de coronavirus n’a fait que rendre les pétroliers plus frileux. Ces deux événements ont déjà impacté les marchés mondiaux des polymères. On s’attend déjà à des baisses de prix des PE, des PP et des PVC en Europe pour le mois d’avril 2020. Ces dernières ne feront que compliquer la vie des recycleurs qui traitent ces matériaux, en particulier les rPE et les rPP.

Un autre problème est celui du changement de comportement des consommateurs, qui sont nombreux à avoir acheté des produits alimentaires et des bouteilles d’eau en masse. Ces emballages sont, pour la plupart, voués à être stockés plusieurs semaines et ne retourneront donc pas de sitôt dans la chaîne européenne du recyclage.

Cette augmentation brutale de la consommation a également entraîné une hausse de la demande de PET. Le marché n’était prêt car la période février-mars s’accompagne généralement d’une baisse saisonnière de la demande. La consommation de sodas et d’eau en bouteille diminue en effet en hiver. Pour les pays où la consigne a déjà été mise en place, comme en Allemagne ou en Norvège, le confinement pourrait avoir un effet négatif sur la collecte.

Les producteurs de rPET entrevoient donc de possibles difficultés d’approvisionnement. Ils risquent donc d’acheter leurs déchets à un tarif plus élevé, et cette hausse de leurs coûts variables devra forcément être reportée sur leurs prix, ce qui pourrait rendre la compétition avec les matériaux vierges encore plus intense.

Connectez-vous pour lire la suite et en savoir plus sur les arrêts de production et les prévisions de prix du plastique pour avril 2020.

À lire aussi
Sur le même thème
Pour aller plus loin