Aller au contenu principal
Jean-Manuel Bluet, Responsable RSE chez Nestlé France

17 avril 2020

[Interview] Jean-Manuel Bluet, Responsable RSE chez Nestlé France

Nestlé est la plus grande entreprise agroalimentaire du monde. Présente dans 189 pays, elle possède plus de 2000 marques allant des icônes mondiales, aux marques favorites locales. Implanté en France depuis 1838, Nestlé est soucieux d'améliorer la qualité de vie et de contribuer à un avenir plus sain. Jean-Manuel Bluet, Responsable RSE de Nestlé France a répondu à nos questions.

Pouvez-vous nous parler du groupe Nestlé, premier groupe agroalimentaire mondial ? Quels sont vos grands enjeux pour l’année 2020 ?

Nous avons trois grands enjeux et opportunités : la diminution et la recyclabilité de nos emballages, la réduction de notre empreinte carbone, l’amélioration de l’information et de la qualité nutritionnelle de nos produits.

Le groupe Nestlé, ce sont de très nombreuses marques comme Contrex, Perrier, Nespresso, Herta ou Lion. Comment êtes-vous organisés en matière d’emballage ?

Nous avons créé depuis 2 ans un poste senior transversal en France dédié à l’amélioration continue de l’empreinte de nos emballages. Il coordonne les activités de plus de 10 personnes réparties dans toutes les fonctions (techniques, achats, marketing, etc.) et il s’assure que nos objectifs à court, moyen et long terme soient atteints, sur la diminution ou l’élimination de certains emballages, sur le remplacement de certains matériaux ou sur la recyclabilité.

En central en Suisse nous avons ouvert en 2019 un institut de 50 chercheurs/techniciens dédiés à l’innovation et à l’amélioration des emballages. De plus, dans tous nos centres de recherche (plus de 40 dans le monde entier) nous disposons d’expertise dédiée à l’emballage pour chaque catégorie de produit. Nestlé s’est engagé à rendre tous ses emballages recyclables ou réutilisables d’ici 2025. 

Le Groupe Nestlé

  • 4,426 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2016
  • Plus de 13 000 collaborateurs
  • 22 sites industriels répartis en pôles d’excellence européen et pôles d’excellence locaux
  • 200 millions d'investissements industriels

La France accueille 4 Centres de recherche sur les 31 que compte le Groupe :

  • Amiens (produits pour animaux de compagnie)
  • Lisieux (produits laitiers)
  • Tours (centre de recherche science des plantes)
  • Vittel (eaux)

Nestlé s’est engagé à rendre tous ses emballages recyclables ou réutilisables d’ici 2025. Quelle sera la place des plastiques dans cette nouvelle stratégie ?

Le plastique fait partie pour toutes nos catégories des solutions que nous envisageons pour préserver la qualité de nos produits et contribuer à réduire au minimum le gaspillage alimentaire.

Cependant, nous prenons très au sérieux la problématique de l’épuisement des ressources naturelles et de l’accumulation de déchets sauvages d’emballage dans les écosystèmes naturels notamment dans les océans. C’est pourquoi le Groupe Nestlé déploie une stratégie volontaire qui consiste à étudier toutes les pistes possibles :

  • Supprimer les emballages avec des solutions alternatives comme le vrac.
  • Tester des solutions de réutilisation systématique (Loop).
  • Réduire au minimum le poids des emballages .
  • Améliorer significativement l’écoconception pour augmenter les taux de recyclage, y compris en supprimant l’usage de certaines résines plastiques.

Les bioplastiques peuvent faire partie des pistes étudiées quand ils ne viennent pas concurrencer les ressources vivrières.

Nous allons également privilégier les actions volontaires communes avec d’autres acteurs (industriels, fournisseurs et distributeurs) : nous sommes parmi les premiers signataires en 2019 du pacte national sur les plastiques.

Quelles sont les contraintes liées à l’utilisation de matières premières recyclées pour vous (contact alimentaire notamment) ?

La sécurité alimentaire reste la priorité du groupe, l’utilisation de matières premières recyclées devra satisfaire à toutes les exigences du groupe en matière de food safety.

Quelle place prendront les bioplastiques dans votre stratégie ?

Les bioplastiques peuvent faire partie des pistes étudiées quand ils ne viennent pas concurrencer les ressources vivrières.

Quelles sont vos attentes vis-à-vis de vos partenaires industriels plasturgistes ?

Un travail collaboratif nous permettant d’atteindre nos objectifs communs et de tendre vers 100 % d’emballages recyclables ou réutilisables d’ici à 2025.

Comment abordez-vous l’avenir pour l’emballage des produits de vos différentes marques dans le contexte du projet de loi économie circulaire et anti-gaspillage (et notamment l’interdiction des plastiques à usage unique) ?

Nous avons, bien évidemment, suivi toute la mise en place de ce projet de loi qui pour de nombreux sujets est en adéquation avec les engagements que nous avons pris. Nous avons également, d’ores et déjà, initié de nombreux projets pour satisfaire aux décrets qui découleront de ce projet de loi.

Les plastiques sont-ils toujours un matériau d’avenir selon vous ?

Le plastique a des qualités non retrouvées, à l’heure actuelle, dans d’autres matériaux. Dans nos phases d’écoconception, nous évaluons toujours les différentes possibilités et les plastiques recyclables, réutilisables et recyclés restent des pistes envisagées. Nous suivons l’évolution de la réglementation et mettons tout en œuvre pour anticiper les changements en cours. Le plastique a sa place à condition qu’il soit recyclable, réutilisable, et ne finisse pas en déchet sauvage. Nous sommes tous concernés et mobilisés par les enjeux liés aux emballages.

À lire aussi