Aller au contenu principal
polyamides

19 janvier 2017

2017 marquera-t-elle la fin de l’érosion des prix des polyamides ?

Le marché européen des polyamides était jusqu’ici plutôt stable. La fin de l’année 2016 et les premières semaines de 2017 ont cependant contredit cette tendance habituelle et laissent présager de grands changements. Le Service Intelligence Economique d’Allizé-Plasturgie vous propose de faire le point.

Les derniers mois de 2016 marqués par un retournement de situation

L’année 2016 s’était, entre autres, caractérisée par une légère érosion des prix des polyamides (PA), et ce bien que les  PA6.6 se soient montrés un peu plus retors que les PA6.

L’annonce de la fermeture d’un site de production de caprolactam à Ludwigshafen, en Allemagne, avait eu l’effet d’un coup de tonnerre sur le marché européen. Si cet arrêt ne sera effectif que d’ici deux ans, il ne fait qu’alourdir les perspectives de faibles disponibilités à moyen-terme.  Cette déclaration-choc avait d’ailleurs permis aux producteurs de stabiliser les prix du PA6 et de mettre fin à une tendance baissière. Mais s’agit-il d’un point final ?

Les fournisseurs européens n’ont toutefois pas pu immédiatement  imposer  des hausses de prix aussi importantes qu’ils l’auraient souhaité. L’envie était là, mais les risques étaient trop grands. Il s’agissait à l’époque d’empêcher les importations en provenance du reste du monde, et plus particulièrement de l’Asie, afin de garantir de grosses augmentations dès 2017.

Des déclarations de hausses dont le montant atteindrait au moins 200 euros/tonne pour le PA6 ont ainsi commencé à circuler dès le mois de décembre 2016. La stratégie des producteurs se basait, et s’appuie toujours, sur les hauts niveaux de prix observables en Asie, où ceux du Nylon se maintiennent grâce à la forte demande de l’industrie textile. Ces derniers garantissent en effet un avantage aux fournisseurs européens sur le marché local. Ces derniers peuvent également compter sur la reprise de l’activité attendue après la période des fêtes.
De leur côté, les acheteurs de PA6.6 ont également dû se préparer à affronter de futures hausses de prix. Les marges des producteurs étant désormais considérées comme trop basses, il était fort probable que ces derniers passent à l’offensive dès le premier mois de l’année suivante.

La fin du mois de décembre a confirmé ces prévisions : DSM annonçait une hausse de 150 euros/tonne pour ses PA6 des gammes Akulon et Novamid et Arkema imposait quant à lui 100 euros/tonne sur ses résines Evatane, Lotryl et AkulonAscend augmentait de plus les prix de ses intermédiaires pour le PA 6.6 de 330 euros/tonne environ ; une hausse qui devrait logiquement être reportée sur les prix des dérivés. 

Les premières semaines du mois de janvier 2017 n’ont pas été en reste. En ce qui concerne le PA6, de fortes hausses des prix du caprolactam, d’un minimum de 350 euros/tonne, sont actuellement en cours de négociation. Les cours du butadiène augmentent également et devraient tirer les prix du PA6.6 vers le haut.

Quelles perspectives pour les polyamides en 2017 ?

Les producteurs européens de PA6 seront en mesure de stabiliser leurs prix, et surtout d’éviter toute nouvelle baisse, tant qu’ils parviendront à maintenir les disponibilités locales à un niveau bas. Les fournisseurs étrangers n’auront d’autre part pas grand intérêt à proposer leurs produits sur le Vieux Continent si la valeur de l’euro ne connait pas de sursaut au cours des mois à venir.

Cette conjoncture à moyen-terme laisse entrevoir l’imposition prochaine d’augmentations de prix sans qu’aucun obstacle réel ne vienne troubler la stratégie des producteurs européens.  A cela s’ajoute la hausse des cours du pétrole qui, si elle se maintient, influencera également les coûts des précurseurs des polyamides. Ces hausses probables devraient logiquement être reportées sur les dérivés afin de garantir les marges des producteurs.

Il est donc peu probable que les prix des polyamides retrouvent une tendance baissière en 2017. Le premier trimestre de cette nouvelle année risque même d’être marqué par de très fortes augmentations. Dans la mesure où un retournement de situation est toujours possible, notamment au niveau des variations monétaires, les acheteurs peuvent espérer que les importations en provenance de l’étranger viennent  à terme soulager les tensions du marché européen. Cette possibilité n’entre en revanche pas dans l’agenda des producteurs.

Pour information, la prochaine édition du Baromètre des Matières Plastiques, une enquête réalisée par la Fédération de la Plasturgie et des Composites, et dont les résultats ne sont adressés qu'aux seuls répondants, sera lancée le 31 janvier prochain.
Il n'est pas trop tard pour vous inscrire. Vous pouvez contacter Bibiane Arnaud-Barbaza pour le faire.

Cet article a été rédigé à l'aide des informations collectées dans le cadre de la veille stratégie du Service Intelligence Economique d'Allizé-Plasturgie.