Aller au contenu principal
La filière du recyclage des plastiques en crise

23 juillet 2020

2020 : mauvaise passe pour le recyclage des plastiques

2020 aurait dû être l’année de la croissance pour le marché mondial du recyclage, avec une forte progression anticipée pour les PEHD recyclés, les PP recyclés et les PET recyclés. La demande pour ces différents matériaux devait en effet augmenter sous l’impulsion des différents marchés de l’emballage. Personne ne pouvait prévoir l’impact que la pandémie de coronavirus aurait sur l’économie mondiale et le crash pétrolier qui en a résulté. La chute de la demande pour les matériaux plastiques destinés à l’emballage n’a fait qu’aggraver les difficultés rencontrées par la filière du recyclage des plastiques.

De nombreux donneurs d’ordre ont privilégié les plastiques vierges aux solutions recyclées pendant le confinement. Cette tendance ne s’est malheureusement pas inversée depuis que celui-ci a pris fin dans plusieurs pays d’Europe. La demande pour les emballages plastiques demeure relativement faible pour la saison. A cela s’ajoutent des perspectives de report d’investissements des grands acteurs économiques et de fort ralentissement de l’économie mondiale, voire de récession. Les recycleurs sont de plus affectés par des difficultés financières, notamment un manque de trésorerie.

En ce sens, les conséquences économiques de la pandémie constitueront immanquablement la base sur laquelle la filière européenne du recyclage des plastiques évoluera au cours du second trimestre 2020.

La crise du coronavirus va, à long-terme, renforcer les faiblesses de la filière, à savoir les contraintes structurelles qui empêche l’offre de matériaux recyclés de haute qualité de progresser, et donc de capter la demande de débouchés porteurs, notamment celui de l’emballage. Les difficultés économiques liées à la pandémie vont également contribuer à faire peser plus encore la pression exercée par l’évolution du cadre réglementaire à l’échelle européenne.

La demande des marchés hors-emballage a également chuté, tant pendant la durée du confinement et des limitations de la production que qu’il a provoqué, qu’après que ce dernier ait été levé. C’est particulièrement vrai pour les marchés de l’automobile, des fibres et de la construction. La demande de ces différents secteurs industriels suivait déjà une tendance baissière avant l’épidémie en raison de conditions macroéconomiques globalement défavorables.

Si le déconfinement a permis de raviver une partie de la demande pour les plastiques recyclés en Europe, son niveau demeure toutefois assez bas et on ne peut s’attendre à un rebond franc de certains secteurs, dont l’automobile, avant la fin de l’année.

À lire aussi