Aller au contenu principal
Prix du plastique

15 octobre 2020

Europe : les prix du PS et de l’ABS vont-ils continuer à suivre des tendances contraires ?

Les prix européens de l’ABS ont augmenté en septembre en raison de la disponibilité réduite du matériau. Ceux du PS ont chuté ou se sont stabilisés, en fonction des grades. Il est possible que les prix des polystyrènes chutent un peu en octobre, suite à l’érosion du cours du styrène. Pas de baisses en vue pour les ABS. Cette tendance va-t-elle perdurer pendant l’automne ?

Encore un mois tranquille pour le polystyrène

La tendance à la stabilité des prix du PS devrait perdurer tout au long du mois d’octobre. Ineos Styrolution aurait en effet déjà annoncé des rollovers pour plusieurs grades, et il est peu probable que les autres producteurs européens parviennent à imposer des hausses de prix. Leurs stratégies devraient au contraire se concentrer sur le maintien de leurs marges.

Seule la maintenance du site d’Ineos à Anvers, qui doit s’achever à la mi-octobre, aurait éventuellement pu justifier des hausses prix puisque l’offre locale s’en est trouvée réduite pendant plusieurs semaines. La demande n’était cependant pas au rendez-vous et un tel phénomène n’a pu être observé.

A cela s’est ajoutée la baisse du cours du styrène (- 33 euros/tonne) au début du mois. Les producteurs de PS ont de plus suffisamment de stocks de monomère pour assurer la fabrication de volumes suffisants pour alimenter le marché en aval.

Le manque de vivacité de la demande est la principale raison derrière le maintien des prix. L’attente des annonces sur l’implémentation de la taxe européenne sur les emballages plastiques encourage en effet les plasturgistes à changer de matériau lorsque cela est possible, en plus du ralentissement des marché finaux causé par la crise sanitaire.

Tendance haussière pour les ABS

Les producteurs européens d’ABS expriment quant à eux leurs velléités. Il s’agit d’augmenter leurs marges, y compris pendant le mois d’octobre. La majorité d’entre eux n’a donc pas reporté la chute des cours du styrène sur leurs prix. Ils s’appuient notamment sur la hausse des cours du butadiène et pourraient, tout au plus, concéder des rollovers sur leurs produits si les augmentations ne sont pas possibles.

Des augmentations de prix pourraient toutefois être générées par le sursaut de la demande des secteurs automotive et électroménager asiatiques. Il s’agirait alors du 5ème mois de hausses consécutives des prix de l’ABS en Europe. Les fenêtres d’exportation de matériaux vers l’Asie posent également le problème du manque de disponibilités. Au-delà de simples hausses de prix, les plasturgistes européens pourraient avoir des difficultés à s’approvisionner en quantités suffisantes.

La fin des exportations vers l’Asie ne garantirait cependant pas la fin de la pénurie de matériaux en Europe. Les prix de l’ABS ne sont en effet pas suffisamment attractifs pour favoriser le retour des importations depuis l’étranger, en plus des contraintes logistiques liées à la crise sanitaire. Les volumes produits en Asie pourraient ne pas toucher le sol européen avant février 2021.

À lire aussi