Aller au contenu principal
styrène

24 janvier 2017

Ils montent, ils montent, les prix des dérivés du styrène

Le marché européen des dérivés du styrène, pourtant alimenté par une demande peu vivace, ne cesse d’afficher de nouvelles augmentations de prix. Le Service Intelligence Economique d’Allizé-Plasturgie vous propose de faire le point.

Décembre 2016 : le début de la fin ?

Les prix des dérivés du styrène se sont envolés en décembre 2016 suite à une forte augmentation de ceux des contrats sur le monomère. Le PS et le PS-E ont d’ailleurs enregistré des hausses à trois chiffres. Le marché européen de l’ABS a également été marqué par une tendance haussière fin 2016, bien que celle-ci ait été atténuée par le rollover sur le butadiène. Cela n’a toutefois pas empêché les notations de cette matière d’atteindre leur plus haut niveau de l’année 2016.

Les hausses de prix ne se sont pas arrêtées. Les contrats de janvier sur le styrène ont été fixés à un niveau plus élevé et les dérivés vont inévitablement en faire les frais. De fortes augmentations sont attendues et le cas de l’ABS ne risque pas de s’arranger puisque le butadiène vient d’enregistrer une hausse de 140 euros/tonne.

Styrène, benzène et butadiène : le terrible trio du début 2017

Les prix spot européens du styrène ont atteint leur plus haut niveau depuis 17 mois en janvier 2017 en frôlant la barre des 1300 euros/tonne. Les prix de février iront encore plus loin puisqu’ils devraient s’établir à 1305 euros/tonne. Cette hausse s’explique en partie par des difficultés de production de LyondellBasell et Covestro sur leur site de Maasvalkte aux Pays-Bas

Le sursaut des coûts du benzène, un ingrédient clé du styrène, qui avait atteint plus de 1000 euros/tonne en novembre 2016, était également responsable de l’augmentation de ceux du SM en fin d’année dernière. Si la situation semblait s’être améliorée depuis, il n’est pas impossible que des perturbations aient lieu puisqu’un incident de production aux Pays-Bas a été signalé, sans toutefois révéler l’identité du producteur. A cela s’ajoutent des disponibilités réduites sur ce feedstock, qui ont également contribué à tirer les prix vers le haut mercredi dernier.

Les prix spot du butadiène suivent également une tendance haussière depuis plus d’un mois, tant en Europe qu’en Asie. Si le marché européen de l’ABS s’est montré indifférent à l’évolution des coûts de ce monomère en décembre dernier, il a explosé ce mois-ci. Les prix du butadiène ont effectivement pris 200 euros/tonne en janvier, et 810 euros/tonne en décembre.  C’est en fait Evonik qui a provoqué la panique en annonçant la fermeture temporaire de deux de ses unités de production à Marl, en Allemagne, alors que les disponibilités sont déjà tendues. En conséquence, les prix locaux de l’ABS ont augmenté de 250 euros/tonne en moyenne.

Le cœur de l’hiver marqué par les augmentations de prix multiples

Le défilé des producteurs a donc commencé dès le mois de décembre 2016 avec un florilège d’augmentations des prix des dérivés du styrène. Trinseo a ouvert le bal en réclamant 170 euros/tonne supplémentaires sur ses grades PS GP Styron et Styron A-Tech et PS HI. Ses résines ABS Magnum et SAN Tyril ont quant à elles subi une hausse de 100 euros/tonne.

Ineos Styrolution a suivi peu de temps après, en augmentant les prix de ses grades ABS Terluran de 110 euros/tonne. Le producteur en a également profité pour avertir ses clients de ses prévisions. Selon lui, les résines ABS Novodur et ASA Luran devraient respectivement augmenter de 170 euros/tonne et 150 euros/tonne au cours du premier trimestre 2017. De leur côté, ses grades PS ont augmenté de 180 euros/tonne et les grades PS HI de 90 euros/tonne.

Une fois le mois de janvier 2017 arrivé, de nouvelles augmentations ont été annoncées. Trinseo a de nouveau ouvert la marche avec des augmentations de 110 euros/tonne sur ses grades PS GP et PS HI, contre 90 euros/tonne pour ses résines ABS et 105 euros/tonne pour les SAN. Les polycarbonates Calibre ont au passage pris 220 euros/tonne.

Ineos Styrolution ne serait pas en reste. Ses offres sur le PS auraient enregistré une hausse de 125 euros/tonne ce mois-ci, mais le producteur viserait des augmentations plus importantes pour couvrir ses coûts de production.

Pour information, la prochaine édition du Baromètre des Matières Plastiques, une enquête réalisée par la Fédération de la Plasturgie et des Composites, et dont les résultats ne sont adressés qu'aux seuls répondants, sera lancée le 31 janvier prochain.
Il n'est pas trop tard pour vous inscrire. Vous pouvez contacter Bibiane Arnaud-Barbaza pour le faire.

Cet article a été rédigé à l'aide des informations collectées dans le cadre de la veille stratégie du Service Intelligence Economique d'Allizé-Plasturgie.