Aller au contenu principal
Impact de la guerre commerciale sur les PE et les PP

21 octobre 2019

Polyoléfines : impact de la guerre commerciale sur le marché mondial

L’escalade des tensions politiques entre la Chine et les Etats-Unis a poussé la première à instaurer une série de sanctions douanières contre les volumes de polyoléfines destinés à l’export produits au pays de l’Oncle Sam. Le polyéthylène et le polypropylène sont les polymères les plus consommés à l’échelle mondiale, et la Chine s’impose comme le plus grand marché pour ces matériaux. L’impact de l’augmentation des droits de douane chinois est donc considérable.

La Chine imposait à l’origine des droits de douane de 6.5% sur les PEHD, les PEBD-L et les PP importés depuis l’étranger. La guerre commerciale l’a poussée à taxer ceux produits aux Etats-Unis à hauteur de 25% supplémentaires à partir du 23 août 2018. Ce changement de politique tarifaire a de fait exclu les pétrochimistes basés aux Etats-Unis du marché chinois, sauf dans le cas des PEBD qui n’étaient pas encore visés.

Ces grades ont donc dû trouver preneur ailleurs. Les exportations de polypropylène des Etats-Unis vers la Chine n’étaient pas très importantes en volumes. L’impact de la hausse des droits de douanes chinois n’a donc pas été significatif pour cette famille de matériaux. Ils se sont cependant avérés bien plus problématiques pour les exportateurs de PEHD et des PEBD-L, dont la production repose sur l’exploitation du gaz de schiste et l’avantage fourni par le faible coût de l’éthane. Les investissements réalisés en vue d’augmenter les capacités de production étasuniennes de ces matériaux étaient à l’origine motivés par les perspectives d’exportation vers la Chine.

En effet, cette dernière est la principale responsable de la croissance du marché global de ces matériaux. En théorie, l’avantage en termes de coûts de production des producteurs basés aux Etats-Unis était à l'époque encore suffisant pour pouvoir exporter à profit ces matériaux vers la Chine. Les nouveaux droits de douanes réduisaient en revanche leurs marges de façon considérable, et nombreux sont ceux qui se sont appliqués à vendre leurs produits ailleurs.

Les tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine ne semblent pas prêtes de s’apaiser. Le gouvernement chinois a d’ailleurs décidé de procéder une nouvelle fois à une augmentation de ses droits de douanes sur certains produits. Ceux appliqués aux PEHD et PEBD-L produits aux Etats-Unis ont ainsi augmenté de 5%. Les droits de douanes sur ces matériaux s’élevaient donc à 36.5%. Les PEBD ont cette fois-ci été visés, avec une augmentation de 16.5%. Cette décision, prise le 1er septembre dernier, est d’autant plus significative que de nombreux sites de production de PEBD sont censés démarrer aux Etats-Unis d’ici la fin de l’année (+ 3 millions de tonnes annuelles de PE supplémentaires en 2019).

On observe pourtant une augmentation des exportations de polyoléfines des Etats-Unis, probablement en raison de la mise en ligne de nouvelles capacités de production. Selon IHS Markit, les producteurs étasuniens de PE exportaient 39% de leur production en 2017, contre 50% en 2019.

Ces derniers ont en effet réagi aux sanctions chinoises en exportant leurs volumes vers l’Europe, Taïwan et la Corée du Sud. Cela s’est traduit par une baisse de 42% des exportations vers la Chine au mois de juin dernier, tandis qu’elles ont presque doublé vers l’Europe par rapport à la même période de la même année précédente.

Les exportations de PE vers l’Amérique du Sud ont également augmenté significativement par rapport à l’année dernière, mais cela se traduit par des volumes peu importants. Les producteurs étasuniens avaient en effet déjà conquis la plupart des parts de marché de cette région et n’y ont donc pas trouvé une demande suffisante pour y exporter massivement du polyéthylène.

La guerre commerciale sino-américaine ne s’est toutefois pas contentée de modifier sensiblement les flux commerciaux du marché mondial des polyéthylènes. On observe également un impact négatif sur la demande globale ainsi que sur les marges des producteurs. Plusieurs Etats ont en effet fait part de baisses de leurs PIB respectifs. Les phénomènes de ralentissements économiques observés au XXIème siècle se sont généralement assortis d’une baisse de la demande en polyoléfines. On s’attend à ce que la guerre commerciale provoque une réduction de 0.2 à 0.3% du PIB mondial en 2019. On peut donc s’attendre à ce que la demande globale de PE et de PP suive également cette tendance.

Les producteurs de polyéthylène basés aux Etats-Unis ont été fortement incités à investir dans des augmentations de capacités de production au cours des dernières années. Ces investissements ont été rendus possibles par des perspectives de marges très élevées. La guerre commerciale a changé la donne. Ces acteurs sont devenus des « price takers » alors que leur stratégie s’appuie sur une position de « price makers ». Ce changement de paradigme n’a pas pu être évité puisqu’ils n’ont de fait plus accès au marché chinois et doivent désormais lutter pour décrocher des parts sur des marchés où les prix sont plus bas.

IHS Markit a déterminé que les producteurs de PE basés aux Etats-Unis ont vu leurs marges perdre jusqu’à 200 euros/tonne en 2019. Il s’agirait d’une conséquence directe de la guerre commerciale. Leurs politiques de prix respectives sont en effet bien plus agressives que prévu afin de pouvoir s’imposer sur d’autres marchés, notamment en Europe. Cette érosion des marges n’aurait pas eu lieu si les exportations vers la Chine étaient toujours rentables, puisque ce marché est suffisamment important pour absorber l’explosion des volumes produits aux Etats-Unis.

On peut donc s’attendre à ce que les prix des PE continuent à chuter, ou du moins se maintiennent à un très bas niveau, à l’échelle mondiale en 2020, à moins que la Chine et les Etats-Unis ne mettent un terme à leur conflit.

À lire aussi
Sur le même thème
Pour aller plus loin