Aller au contenu principal
L'impression 3D face au Covid-19

06 août 2020

L'impression 3D face au Covid-19 est un atout pour l'industrie

S'il avait encore fallu une preuve de l'intérêt de l'impression 3D, cette malheureuse période de crise aura définitivement permis à l'impression 3D de prouver et de mettre en lumière chaque jour, ses capacités de réactivité, d'adaptabilité et de vélocité, tout en préservant, voire même en créant des emplois locaux durant les dernières semaines.

Investir dans l'impression 3D, c'est protéger ses emplois et pouvoir les relocaliser. C'est aussi retrouver notre indépendance industrielle et la maîtrise des fabrications liées à notre santé. 

Cette crise mondiale, sanitaire et économique que nous traversons depuis maintenant plusieurs semaines a mis en évidence les limites de sous-traitance de masse dans les pays étrangers. Dès les premiers jours de la crise, tous les constructeurs ont rapidement été impactés avec une production mondiale arrêtée, laissant place à une urgence vitale pour les médecins, infirmiers, personnels de secours, pharmaciens... Car en effet, ces professionnels, en première ligne face au virus se sont retrouvés à court de protections corporelles : blouses, masques, visières...

L'impression 3D : une réponse efficace à la crise du Covid-19

L'industrie de l'impression 3D a pu se transformer, d'adapter en moins de 24h et apporter toutes les réponses urgentes. L'industrie de l'impression 3D a su organiser sa fabrication pour s'adapter aux lacunes des matériels existants. Des centaines de solutions et de fabricants ont par exemple, imprimé des adaptateurs pour les masques Decathlon, des visières sur les machines HP ou FDM, ou encore des écouvillons avec la technologie DLP EnvisionTEC qui ont réussi à faire valider par la communauté scientifique une résine imprimable souple et biocompatible. 

Produire rapidement et localement avec l'impression 3D

Aujourd'hui, l'argument qui nous était opposé, de faire fabriquer plus loin pour moins cher n'est plus. Investir dans l'outil de production local nous assure la pérennité de notre production et l'activité pour nos entreprises et nos salariés même en temps de crise. Si aujourd'hui les presses à injecter ont pris le relais sur la fabrication des visières, la fabrication additive a montré toutes ses capacités d'agilité et de réactivité. Dans notre exemple, près de 200 supports de visières étaient imprimés toutes les dix heures. La fabrication additive, du fait de son procédé très simple à mettre en oeuvre comparativement à l'injection plastique ou l'usinage, permet de lancer une production quelques heures seulement après la réception du fichier 3D. 

Pour certaines machines nous pouvons même parler de quelques minutes nécessaires. Que ce soit pour des prototypes, des outillages pour les ateliers, des gabarits, des petites et moyennes séries, l'impression 3D apporte une souplesse et une rapidité inégalée. Tout ceci a permis de mettre en avant les qualités et les atouts essentiels de la fabrication additive, à savoir la réactivité, la personnalisation, la facilité de mise en oeuvre, la collaboration et l'indépendance. Mais au-delà des retombées médiatiques nombreuses autour de l'impression 3D et la fabrication de protections pour les soignants, il convient de comprendre en quoi la fabrication additive peut être un plus pour nos entreprises. 

Accélérer le déploiement des technologies 3D pour repenser et relocaliser la production française 

L'impact du Covid-19 doit nous imposer la maîtrise de nos outils de production. Les solutions existent et sont aujourd'hui déployées à travers le monde. Plusieurs technologies de fabrication additive démontrent qu'il est possible de réaliser des petites et moyennes séries simplement. Les imprimantes 3D HP sur base poudre peuvent produire en masse des pièces en thermoplastiques. Decathlon en a montré l'exemple en produisant 12 000 pièces en 8 jours pour son dernier concept store. Chabloz Orthopédie utilise aussi cette technologie pour produire des orthèses par centaines.

Les machines EnvisionTEC sont quant a elles adaptées pour la réalisation sur base résine d'empreintes moulantes pour valider des préséries, échantillonnages et matériaux, mais aussi pour concevoir des prototypes ou des outillages. SKZ en Allemagne utilise la technologie 3SP EnvisionTEC pour la production d'empreintes moulantes depuis plusieurs années. Une imprimante 3D EnvisionTEC (Vector 3SP) est également disponible à Lyon au sein de la plateforme de fabrication additive d'Allizé-Plasturgie où différentes empreintes polymères ont pu être testées sur la géométrie du démonstrateur GEM. Le grand volume de fabrication (40L) permet en quelques heures d'imprimer en une seule fois 2 empreintes moulantes dans le cas du moule GEM.

Sans oublier la fabrication additive métal en plein essor avec des acteurs Desktop Metal qui proposent des solutions de production de masse de pièces métalliques, allant de quelques centaines à plusieurs milliers de pièces par jour. La révolution industrie 4.0 est en marche depuis déjà quelques années, cette crise peut servir d'accélérateur à l'adoption des nouvelles technologies numériques. 

Kreos, partenaire de la Plateforme de fabrication additive d'Allizé-Plasturgie, est spécialisé depuis plusieurs années dans les technologies d'impression 3D et les systèmes de prototypage rapide pour différents secteurs tels que le médical, l'industrie, l'aéronautique, la bijouterie... Pour répondre aux besoins spécifiques de la plasturgie, Kreos propose notamment l'intégration des technologies poudres de HP, des équipements sur base résine d'EnvisionTEC, ou encore des imprimantes de production en métal de Desktop Metal.

À lire aussi