Aller au contenu principal

26 mai 2020

ADMajoris : De nouvelles charges naturelles et végétales

Afin de diminuer l’utilisation de ressources fossiles, nombreux sont les acteurs qui recherchent des alternatives durables et performantes. Les formulateurs et compoundeurs se retrouvent alors face à de nouveaux enjeux pour répondre aux besoins actuels. Un défi que ADmajoris relève en proposant de nouvelles matières biosourcées.

Les matières biosourcées sont au cœur des réflexions menées dans le cadre d'une économie plus durable. Bien plus qu'une tendance, il s'agit là de valoriser des plantes de culture et aussi des déchets naturels qui ne l'étaient pas jusqu'à aujourd'hui ou qui présentaient même un impact environnemental conséquent. C'est en ce sens-là que ADmajoris, compoundeur depuis plus de 40 ans, développe des formulations sur mesure avec des charges naturelles pour des marchés comme l'automobile, la cosmétique ou encore l'ameublement.

Une revalorisation écologique à double sens

L'enjeu majeur de la production de matières biosourcées est bien souvent la réduction de la part des ressources fossiles utilisées. Concernant le cas des sarments de vignes, à la fin des vendanges et en hiver la vigne est taillée et les sarments brûlés. Cela engendre des dispersions de fumées toxiques chargées en particules fines et un rejet important de CO2. Désormais les sarments ne sont plus brûlés mais transformés en suivant des étapes de séchage, broyage et tamisage. ADmajoris met en lumière l’intérêt de la revalorisation des sarments de vigne en tant que fibres de renfort dans ses formulations.

Les compounds de sarments de vigne sont ainsi développés par ADmajoris depuis quelques années et principalement destinés à un marché bien spécifique : la viticulture. Un véritable retour à la source, avec des produits comme les piquets et agrafes de vignes ou cerclages de tonneaux. Plusieurs matières plastiques peuvent être associées à la poudre de sarment, avec pour seule limite la température de transformation qui ne doit pas excéder 190 degrés. ADmajoris collabore notamment avec Vitis Valorem, qui collecte et retraite les sarments de vigne, pour développer une économie circulaire efficace.

Matières ADmajoris

ADmajoris est partenaire du service Matériautech depuis plusieurs années. Plusieurs démonstrateurs GEM ont été réalisés par le service Matériautech d’Allizé-Plasturgie pour donner un aperçu des rendus et effets possibles avec les matières biosourcées d’ADmajoris. Ces échantillons sont consultables dans l’espace dédié du service Matériautech qui rassemble plus de 1000 références. Les caractéristiques complètes des échantillons GEM produits sont également disponibles dans la rubrique “Ma base de données GEM” sur le site www.allizeplasturgie.org.

Les mollusques, coquillages transformables en matières plastiques performantes

La revalorisation par le compound ne s'arrête pas aux déchets végétaux, ADmajoris développe désormais des matières chargées en coquillages. Le retraitement de ces déchets représente un fort potentiel, les gisements étant conséquents en France et particulièrement sur la côte Atlantique. Les coquilles d'huîtres sont en tête avec pas moins de 130 000 tonnes d'huîtres produites par an, suivies par les moules qui sont produites à un peu plus de 80 000 tonnes (Planetoscope). Le processus de transformation est simple, les coquilles sont collectées auprès des industries de transformation de coquillages avant d'être concassées puis tamisées selon différentes granulométries entre 1,5 et 0,25 mm. Dès lors, ces charges sont additionnées à des matières plastiques de type polyamide, ABS, ou même du polyamide recyclé, PLA, PHA pour obtenir une production 100 % verte.

Contrairement aux fibres de bois, les coquilles peuvent être associées à des polymères qui nécessitent une transformation sous haute température, du fait de leur résistance à la chaleur. En termes de design, l'utilisation de ces poudres de coquillages favorise les jeux de contrastes avec des aspects mouchetés ou marbrés qui se révèlent très intéressants pour des applications de décoration. ADmajoris indique également que les colorations ne sont pas limitées, avec plus ou moins 80 % des couleurs réalisables.

Cette nouvelle gamme biosourcée représente une alternative aux charges minérales comme le carbonate de calcium, avec des caractéristiques mécaniques quasiment identiques. La coquille d'huître est particulièrement performante en matière de tenue aux UV. Ceci permet de réaliser des formulations à des niveaux technico-économiques équivalents à des compounds chargés en minéraux standards.

I830 I828

A gauche : démonstrateur Gem réalisé avec un compound PP + coquilles de Saint-jacques ; à droite : démonstrateur Gem réalisé avec un compound PP + coquilles d'huîtres.

Pour retrouver l'ensemble des échantillons Gem réalisés avec ADmajoris, cliquez sur les références ci-contre : I/828 ; I/829 ; I/830 ; I/831

Avec la montée en puissance de la fabrication additive, de nouvelles perspectives s'ouvrent pour les matières biosourcées.

Les matières biosourcées dans la fabrication additive

Avec la montée en puissance de la fabrication additive, de nouvelles perspectives s'ouvrent pour les matières biosourcées. La roche basaltique issue des projections volcaniques et très présente dans les carrières en Auvergne, était déjà utilisée dans l'univers du jardinage et pourrait bientôt faire son entrée sur le marché des technologies d’impression en 3D avec l’utilisation de compounds 100 % biosourcés formulés à base de roche basaltique.

À lire aussi
Sur le même thème
Pour aller plus loin