Aller au contenu principal

19 février 2020

L'OIt et Allizé-Plasturgie collaborent pour faire avancer la Santé et la sécurité au travail

Retour sur un projet de valorisation des bonnes pratiques en termes de santé et de sécurité au travail proposé par l’Organisation Internationale du Travail (OIT) avec la participation d’Allizé-Plasturgie Auvergne-Rhône-Alpes.

Monsieur Frédéric Laisné-Auer, vous êtes spécialiste de l’Inspection du travail et de la Santé et Sécurité au travail de l’OIT. Pourriez-vous tout d’abord nous présenter cette organisation internationale ?

Fondée en 1919, l’OIT est l’unique agence tripartite des Nations Unies. Ainsi, elle réunit les représentants des gouvernements, des employeurs et des travailleurs de 187 états membres. Elle a vocation à renforcer le dialogue entre ses membres, établir des normes internationales, élaborer des politiques et concevoir des programmes visant à promouvoir le travail décent dans le monde tout en accompagnant le développement économique des pays. L’OIT a donc 100 ans au moment où le travail connaît une de ses plus profondes mutations. Le monde se développe, se transforme très rapidement. Les défis techniques, sociaux et environnementaux auxquels les employeurs et les travailleurs doivent faire face sont de plus en plus complexes et dépendent de nombreux acteurs.

Les ressources pour répondre à ces défis sont quelquefois difficiles à trouver et mal réparties géographiquement. Par exemple, la formation est un enjeu premier. Elle renforce l’expertise et ainsi l’employabilité des travailleurs, permet la promotion sociale et répond aux besoins économiques des entreprises. Ce cercle vertueux est un marqueur du travail décent. Les mutations à venir et leurs effets sur le travail et l’économie dépendront essentiellement de notre capacité à être acteurs de ces changements et non seulement les subir. Il faut développer l’avenir du travail en prenant en compte tous ces enjeux.

Par l’intermédiaire du Medef Auvergne Rhône-Alpes, vous nous avez contactés en début d’année afin de prendre part à l’élaboration d’un guide mondial consacré à la santé et la sécurité au travail. Pourriez-vous nous rappeler les enjeux de ce projet ?

Chaque année, plus de 374 millions de personnes sont blessées ou tombent malades dans des accidents liés au travail, 2.8 millions perdent la vie, et l’on estime que le coût des journées de travail perdues pour des motifs liés à la SST représente de 4% à 6% du PIB mondial, en plus des souffrances qu’il génère. L’OIT a été mandaté pour élaborer un guide, destiné aux employeurs, aux travailleurs et aux institutions publiques, en particulier, pour les pays en développement, permettant d’offrir les outils fondamentaux à une évaluation et à une prévention des risques pertinentes. Il se veut un outil de promotion du travail décent et du développement économique.

Ce guide naissait également à un moment particulier pour l’OIT qui allait appeler en juin 2019 lors de la 108e Conférence Internationale du Travail à reconnaître la SST comme 5ème principe et droit fondamental au travail souhaitant ainsi donner à terme un caractère universel aux conventions y afférant. C’est donc dans ce contexte très marqué que l’OIT a rencontré les entreprises françaises de la région Auvergne-Rhône-Alpes pour leur demander si elles acceptaient de nous aider à construire une partie de ce guide SST en nous permettant de réaliser dans leurs établissements un certain nombre de films et de photographies pour l’illustrer.

Nous avons pris le parti de réaliser ce guide sous format numérique pour en faciliter l’accès car la plupart des acteurs de la sécurité au travail, même loin des centres urbains, disposent d’un téléphone mobile ; mais aussi pour le faire évoluer et pouvoir l’illustrer de bonnes pratiques. Le Medef Auvergne-Rhône-Alpes et Allizé-Plasturgie ont répondu très favorablement à cette sollicitation. Ces organisations nous ont aidés à trouver des lieux de tournage au sein de la plateforme technique du CFP/ Cirfap; ou dans des entreprises qui ont merveilleusement accueilli notre projet comme Hexcel Composites à Dagneux. Au total, ce sont 16 films illustrant les principaux risques au travail qui ont ainsi été tournés dans différents secteurs d’activité et qui seront diffusés en trois langues. Certains films tournés dans les centres de formation ont pu être scénarisés avec l’appui enthousiaste du personnel enseignant, acteurs pour la circonstance.

D’autres tournages, en particulier dans l’entreprise Hexcel Composites, ont pu bénéficier d’une gestion et d’un environnement SST particulièrement pertinent permettant d’illustrer le guide, de bons équipements de travail et de bonnes pratiques de gestion de la Santé Sécurité au Travail dans le milieu industriel et les services. Le travail que nous avons pu réaliser ensemble est d’un grand intérêt dès lors qu’il met en exergue l’importance d’une gestion efficace de la SST dans les entreprises. Ces films et ces photos prises illustreront chaque chapitre du guide numérique mondial sur la SST et constituent aussi un plaidoyer économique par l’exemple. Nous avons hâte de poursuivre de telles collaborations !

 

Les vidéos réalisées