Aller au contenu principal

17 février 2020

Interview - Korbinian Kiesl, président de Billion SAS

Créée par M. Léon Billion en 1949, l’entreprise possède une longue expérience dans la conception et la fabrication de presses à injecter les matières plastiques. Spécialiste de la multi-injection, Billion détient aussi un savoir-faire dans de nombreuses technologies de transformation.

Comment analysez-vous la situation économique actuelle ?

Nous allons être confrontés à une crise et il faut s’attendre à une année 2020 compliquée. A l’international, les tensions entre les Etats-Unis et la Chine ou les incertitudes autour du Brexit rendent la conjoncture incertaine. Le virage est définitivement pris vers les véhicules électriques avec le pari de la « voiture propre ». Les développements prendront du temps et l’impact sur les fournisseurs dans ce secteur est très fort, nous ressentons une baisse d’activité significative chez nombre de nos clients.

En parallèle, nous devons faire face, en France comme en Europe, à l’entrée en vigueur de nombreuses normes comme l’interdiction à venir des plastiques jetables, qui changent les règles du jeu. Conjuguées au phénomène mondial croissant du plastics bashing, les temps à venir seront difficiles.

Dans ce contexte, quelle est votre vision de l’avenir ?

Face aux nombreux défis à venir, il faut se réinventer et nous avons les outils pour cela : j’ai confiance en l’avenir.

Les coûts matières élevés ont été par le passé les principales motivations pour les transformateurs à chercher des alternatives plus rentables. C’est aujourd’hui l’économie circulaire qui incite à intensifier les développements pour une industrie plus vertueuse, avec un impact sur les procédés de fabrication. Nous accompagnons nos clients dans leur transition écologique avec des solutions dédiées dès l’éco-conception, puis au stade de la transformation de matières recyclées et bio-sourcées. Nous nous appuyons par exemple sur la technologie Sandwich, que nous maîtrisons depuis de très nombreuses années. Ce procédé permet pour une même pièce de disposer d’une matière de coeur différente de la matière de peau. Un des avantages de cette combinaison de 2 polymères est la mise en oeuvre en matière de coeur de résines recyclées ou de compounds biodégradables par exemple, tout en apportant isolation thermique ou réduction de poids. Nous avons développé une très large palette d’applications, dans des secteurs aussi variés que le bâtiment, le packaging ou l’équipement de la maison.

Mais l’économie circulaire, c’est aussi la valorisation des ressources. C’est à nous tous, industriels en plasturgie, d’expliquer que les plastiques restent dans de nombreux cas la meilleure solution par rapport à leurs alternatives.

Quels sont vos autres axes de développement ?

Nous nous devons de répondre aux attentes de nos clients, notamment en termes de productivité. La demande est croissante pour les applications de surmoulage d’inserts et de productions hyper-automatisées. L’intégration à des pièces plastiques de composants mécaniques, électriques ou électroniques leur confère une forte valeur ajoutée. C’est pourquoi Billion a développé un modèle de presse à injecter verticale à plateau tournant. Précision, vitesse et consommation énergétique réduite sont au-rendez-vous.

Comme avec notre système d’arbre tournant sur les presses bi-matières horizontales, nous développons, avec la presse verticale, l’intégration de fonctions. Combinée à de puissants robots polymorphes, elle est synonyme de systèmes de production ultramodernes et hautement performants.

Quel rôle jouera encore à l’avenir l’industrie 4.0 ?

La digitalisation et la connectivité sont en première ligne. Nous nous attachons à concevoir des équipements connectés et intelligents, qui assurent une gestion de production toujours plus fiable, grâce à une traçabilité sans limite. Cette auto-régulation des machines est un gage de stabilité du process. La production est optimisée, et les rebuts réduits à leur minimum.

Les logiciels d’acquisition et d’échanges de données, les protocoles de communication universels, sont des outils devenus incontournables. Ils garantissent ce que recherchent plus que jamais les transformateurs, la transparence en production.

L’année 2019 marquait le 70ème anniversaire de Billion. Quelles ambitions avez-vous pour l’entreprise dans les prochaines années ?

Nous avons déjà vécu plusieurs crises par le passé. La réorientation du marché sera sans doute assez lente, mais ça va redémarrer ! Nous ne devons pas avoir peur du plastics bashing ou des défis à venir autour de l’économie circulaire : il faut se réinventer, et je viens de démontrer que nous avons bien les outils pour cela ! Même dans la tempête, nous entendons bien garder le cap mis en place il y a de nombreuses années.

De même que seul le comportement de chacun pourra changer les choses dans notre société pour l’environnement, ce sont les femmes et les hommes de Billion qui nous font avancer. Ajoutez à cela une excellente faculté d’adaptation et des technologies adéquates, et nous sommes armés pour réussir les 70 prochaines années .

Nous ne sommes « qu’une PME », mais l’étendue de nos projets et des sujets sur lesquels nous travaillons au quotidien est considérable !

Et c’est pour cela que j’ai confiance en l’avenir.

 

Contact